Le cancer inflammatoire du sein : symptômes et traitements

Le cancer inflammatoire du sein : symptômes et traitements

- mai 6, 2019
Le cancer inflammatoire du sein : symptômes et traitements
5 (100%) 2 votes

Le cancer inflammatoire est un type rare de cancer du sein et représente moins de 4 % des types de cancer mammaire chez la femme.

Le cancer inflammatoire du sein est de forme agressive : il se développe de façon très rapide. Son diagnostic s’établit souvent à un stade déjà avancé, lorsque les cellules tumorales ont envahi les ganglions lymphatiques, ou que la tumeur s’accompagne de localisations secondaires (métastases).

 

Cancer inflammatoire du sein : les symptômes

Le développement rapide de cette forme de cancer du sein engendre, la plupart du temps, un gonflement du sein. Du fait du blocage des vaisseaux lymphatiques par les cellules cancéreuses, la peau tend à devenir rouge ou violacée sur environ un tiers du sein.

Contrairement aux autres formes de cancer du sein, on ne palpe pas de masse à l’intérieur du sein. Cependant, d’autres symptômes peuvent survenir et sont à surveiller, tels que :

  • sensibilité ou douleur du sein ;
  • aspect « peau d’orange » de la peau du sein (peau capitonnée) ;
  • modification de l’aspect du tissu mammaire (épaississement, bosse) ;
  • modification du mamelon (écoulement, mamelon qui pointe vers l’intérieur) ;
  • taille du sein augmentée ;
  • sein enflé, chaud, sensation de brûlure ;
  • ganglions lymphatiques augmentés de taille du creux axillaire (sous l’aisselle) ou sus-claviculaire (proche de la clavicule).

 

Diagnostic du cancer inflammatoire du sein

Le diagnostic du cancer inflammatoire du sein repose sur des examens complémentaires, réalisés devant la présence et l’évolution rapide de plusieurs des symptômes évoqués précédemment.

Comme pour toute suspicion de tumeur maligne du sein, on préconise le recours à ces examens pour établir le diagnostic de cancer du sein :

  • examen clinique du sein ;
  • mammographie ;
  • échographie mammaire ;
  • biopsie ;
  • examens anatomopathologiques (analyse des prélèvements effectués lors de la biopsie).

 

Du fait de sa nature particulière, il peut est difficile de diagnostiquer le cancer inflammatoire du sein en se basant uniquement sur une mammographie ou échographie mammaire.

C’est la biopsie mammaire sur la zone inflammatoire qui confirme le diagnostic.

Les prélèvements histologiques réalisés lors de cette biopsie sont ensuite étudiés en laboratoire d’anatomopathologie, et permettent d’évaluer la nature et le stade de la tumeur mammaire.

 

Populations à risque

Le cancer inflammatoire du sein se déclare principalement chez les femmes jeunes, et d’origine africaine. L’obésité peut aussi être un facteur de risque.

 

Évaluation du stade

L’évaluation du stade du cancer inflammatoire du sein est réalisée selon la même classification que les autres pathologies malignes mammaires (classification TNM).

Cependant, en raison de sa forme particulièrement agressive et de son évolution rapide, le cancer inflammatoire est fréquemment diagnostiqué à un stade déjà avancé (stade III voire IV), c’est-à-dire qu’il a commencé à se propager aux tissus avoisinants.

 

Les traitements du cancer inflammatoire du sein

Le traitement d’un cancer du sein fait toujours l’objet d’une discussion entre l’équipe médicale, après décision en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP). Le traitement du cancer inflammatoire proposé aux patientes se compose essentiellement de chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie +/- hormonothérapie.

 

La chimiothérapie

En raison du caractère agressif de cette pathologie, une chimiothérapie néoadjuvante (avant une chirurgie) est généralement le premier traitement envisagé dans le cadre de la prise en charge thérapeutique. Une seconde ligne de chimiothérapie adjuvante peut également être administrée (après la chirurgie du sein).

La chimiothérapie choisie est le plus fréquemment composée de plusieurs médicaments. Le type de chimiothérapie dépend du stade et du grade du cancer inflammatoire du sein, ainsi que de sa sensibilité à la protéine Her2.

 

La chirurgie

On réalise une intervention chirurgicale une fois que la taille de la tumeur mammaire a été réduite par la chimiothérapie. En raison du risque élevé de récidive du cancer inflammatoire du sein, on privilégie l’ablation totale du sein (mastectomie totale). Ce geste est généralement accompagné d’un curage axillaire (l’exérèse des ganglions lymphatiques de l’aisselle) du fait de l’envahissement rapide de ces ganglions par les cellules cancéreuses.

La mastectomie totale réduit également le risque de propagation aux organes voisins.

 

La radiothérapie

Dans les suites de la chirurgie, on réalise une irradiation sur le sein et les ganglions lymphatiques, afin de limiter le risque de récidive du cancer inflammatoire sur la zone traitée.

 

L’hormonothérapie

Si la tumeur présente est sensible aux récepteurs hormonaux (RH+), une hormonothérapie est proposée. Le type d’hormonothérapie dépendra de l’âge de la patiente, et de son statut ménopausique (Tamoxifène, Anastrozole, Letrozole…).

 

Comme pour tout cancer du sein, il est nécessaire d’établir le diagnostic le plus rapidement possible. En raison du caractère rare et agressif de cette tumeur, la vigilance est de rigueur : lorsque le stade et le grade sont faibles, le pronostic est plus favorable.

En cas de symptômes ou de modification de l’aspect de votre sein, n’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin pour un examen.

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]