La cryothérapie dans le traitement du cancer du sein

La cryothérapie dans le traitement du cancer du sein

- novembre 23, 2020

La cryothérapie est un traitement consistant à détruire des cellules anormales en les exposant à des températures très basses, avoisinant les -30°C.

Désormais largement utilisée outre-Atlantique, la cryothérapie en est encore à ses débuts en France, malgré des résultats très prometteurs. Ce traitement novateur se montre particulièrement performant pour ralentir la progression du cancer du sein, améliorant ainsi la qualité de vie des patientes ne pouvant être opérées et allongeant significativement leur durée de vie.

La cryothérapie , qu’est-ce que c’est?

La cryothérapie, aussi nommée cryochirurgie ou cryoablation, est un procédé visant à détruire des cellules en utilisant une température très basse.

À l’origine, la cryothérapie a été développée dans l’optique de traiter des métastases hépatiques non opérables, mais son application s’étend désormais aux tumeurs cancéreuses touchant différents organes (prostate, poumon, sein, etc.).  L’exposition des cellules cancéreuses à différents cycles de températures très basses, dont la fréquence est adaptée à chaque tumeur, engendre la rupture de leurs membranes et leur destruction complète.

Pour une efficacité optimale, le processus de congélation doit être étendu à une petite zone de sécurité autour de la tumeur pour éviter de laisser des cellules cancéreuses encore viables. Au cours de l’opération, une ou plusieurs sondes sont insérées dans la tumeur. Les sondes sont guidées par échographie ou IRM et reliées à un système de refroidissement à l’argon, pouvant générer des températures très basses, jusqu’à – 185°C.

En fonction de la taille de la zone à traiter, jusqu’à sept sondes peuvent être utilisées simultanément pour congeler la tumeur dans sa totalité. Une fois les sondes introduites dans la tumeur, la température est réglée avec précision pour descendre à -30°C. Un glaçon se forme alors à l’extrémité de la sonde, et la destruction des tissus cancéreux peut être observée en direct par imagerie médicale.

L’opération se déroule sous anesthésie locale et dure environ 30 minutes. Les incisions pratiquées sont minimes, ce qui permet une cicatrisation rapide et laisse peu, ou pas, de séquelles.

 

La cryothérapie, pour quels cancers du sein ?

Actuellement, la cryothérapie est utilisée dans les cas de cancers du sein inopérables ou à faible risque, ainsi que chez les patientes ne souhaitant pas ou ne pouvant pas bénéficier d’une chirurgie.

Cette méthode permet notamment de traiter les patientes fragiles, en particulier les femmes âgées, chez qui des traitements plus agressifs ne sont pas toujours possibles en raison de la présence de facteurs de comorbidité. Les patientes en bonne santé présentant des tumeurs bien délimitées et de petits volumes sont également de bonnes candidates pour ce type de traitement.

Pour l’heure, ce procédé n’est pas indiqué dans le traitement de cancers inflammatoires, infiltrants et métastatiques, dont il est difficile, voire impossible, de localiser les cellules à détruire. En plus du profil de la patiente, le site, la forme et la taille de la tumeur sont des éléments décisifs pour évaluer l’intérêt de la cryothérapie dans le traitement d’un cancer du sein.

Cependant, à terme, la cryothérapie pourrait devenir une alternative plus systématique aux tumorectomies (chirurgies conservatrices).

Cette option thérapeutique s’inscrit en effet dans la recherche de traitements moins coûteux et aux répercussions moins lourdes sur le moral, la santé et la qualité de vie des patientes que poursuit depuis longtemps la recherche en médecine oncologique.

 

La cryothérapie, quels résultats dans le traitement du cancer du sein ?

Aujourd’hui, la cryothérapie n’est pas encore systématiquement incluse dans le traitement des tumeurs cancéreuses du sein, et des études de grandes ampleurs sont toujours attendues pour déterminer son réel potentiel. Néanmoins, les résultats obtenus sont d’ores et déjà prometteurs, avec une guérison complète à 5 ans pour les tumeurs traitées à un stade précoce.

Le point fort de cette méthode novatrice réside sans nul doute dans sa grande efficacité, mais aussi dans sa simplicité d’exécution qui en fait une alternative peu abrasive, offrant une récupération rapide. Dans certains cas, il demeure toutefois nécessaire de procéder à une chimiothérapie et/ou à une radiothérapie en complément de la congélation des cellules cancéreuses pour réduire les risques de récidives.

Le développement de la cryothérapie s’inscrit dans la recherche de traitements toujours moins invasifs et plus efficaces pour soigner le cancer du sein, le plus répandu chez la femme en France. Si l’évaluation de ce traitement à grande échelle est toujours en cours, les premiers résultats obtenus sont très prometteurs, que ce soit dans la destruction de tumeurs mammaires ou dans l’élimination de cancers touchant d’autres organes.

Pour l’heure, la mise en œuvre de ce traitement demeure onéreuse, c’est pourquoi elle ne fait pas encore partie des alternatives de première intention lorsque d’autres options thérapeutiques sont envisageables.

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]