Oncologie : L’utilité du Cannabis thérapeutique pour réduire les nausées et douleurs

Oncologie : L’utilité du Cannabis thérapeutique pour réduire les nausées et douleurs

Les premiers essais de consommation de cannabis à visée thérapeutique ont débuté le 26 mars 2021 en France. Cette expérimentation devrait durer deux ans et concerner les personnes atteintes de pathologies lourdes comme le cancer du sein et d’autres cancers, la sclérose en plaques ou encore l’épilepsie sévère. Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette expérimentation avec le cannabis médical.

 

Cannabis thérapeutique : Qu’est-ce que c’est ?

Le cannabis thérapeutique (ou médical) est étudié pour répondre à des standards pharmaceutiques. Il est disponible en pharmacie sous prescription médicale d’un médecin. Le cannabis médical fait partie de la classe des traitements stupéfiants, au même titre que la morphine et ses dérivés.

Le cannabis est constitué principalement de CBD (cannabidiol qu’il est possible de consommer légalement en France et en Europe) et de THC (tétrahydrocannabinol), bien que plusieurs substances complexes complètent sa formulation. Il existe en fait plusieurs plantes sous l’appellation cannabis. Leur composition et les molécules peuvent différer d’une plante à l’autre. Certaines de ces plantes, consommées seules ou associées entre elles, comportent des vertus thérapeutiques.

 

Cannabis thérapeutique

 

Le cannabis médical n’est donc pas une seule substance isolée, mais bien un mélange de plusieurs molécules destinées à une indication particulière. Ainsi, en fonction de la pathologie à traiter et des profils de patients, les médicaments fabriqués ont une composition variée. La fabrication de cannabis médical permet donc de maîtriser la composition, la posologie, et aussi le mode d’administration. Il n’est pas ici question de fumer le cannabis.

 

Consulter notre article sur l’infirmière conseillère en image 

 

Le cannabis médical en oncologie

L’intérêt du cannabis médical dans le domaine de la cancérologie est grandissant. Il est utilisé pour traiter les symptômes des maladies en cours de traitement du cancer et en soins palliatifs. Il est prescrit pour combattre les douleurs d’intensité légère ou modérée, soulager des effets secondaires des traitements du cancer, atténuer les spasmes, les troubles du sommeil, les nausées, les vomissements… Bien sûr, le cannabis thérapeutique ne remplace pas les traitements existants. Toutefois, il vient s’ajouter à la liste des traitements complémentaires efficaces contre certains signes cliniques liés aux pathologies lourdes.

Même si l’efficacité des cannabinoïdes est limitée, elle est probante pour traiter les douleurs neuropathiques lorsque le cannabis thérapeutique est associé à des opioïdes. En ce sens, il constitue un formidable complément à l’arsenal thérapeutique oncologique déjà présent, notamment dans les soins palliatifs.

 

Autres indications du cannabis médical

Plus généralement, le cannabis thérapeutique peut être intéressant dans certaines situations cliniques. C’est notamment le cas en présence d’une mauvaise tolérance de certains traitements (médicamenteux ou non), ou si les traitements en place ne soulagent pas suffisamment les patients.

Cannabidiol pour soulager les traitements anti cancer

 

Pour l’expérimentation en France, le comité scientifique responsable du suivi des patients a retenu plusieurs indications à l’usage du cannabis médical :

  • symptômes induits par le cancer ou ses traitements (médicamenteux ou non) ;
  • soins palliatifs ;
  • spasmes douloureux chez les malades atteints de SEP (sclérose en plaques) ou d’autres maladies du système nerveux central ;
  • certains patients atteints d’épilepsie sévère et résistante aux traitements ;
  • douleurs neuropathiques résistantes aux traitements (médicamenteux ou non).

 

Contre-indications du cannabis médical

Les contre-indications dépendent non seulement des antécédents du patient, mais également de la composition de chaque médicament.

Généralement, le cannabis médical n’est pas recommandé aux personnes présentant :

  • des antécédents cardiovasculaires ou un terrain à risque (AVC, insuffisance cardiaque…) ;
  • des antécédents cérébro-vasculaires sévères ;
  • troubles psychotiques (comme la schizophrénie) ou anxieux sévères ;
  • insuffisance hépatique ou rénale sévère.

 

Par ailleurs, les femmes enceintes ou en période d’allaitement ne pourront bénéficier d’un tel traitement.

Les patients inclus au sein de l’expérimentation auront pour recommandation de ne pas conduire sous cannabis médical.

Consulter notre article sur un nouveau médicament contre les formes agressives de cancers du sein

 

Cannabis thérapeutique en France : les modalités

Dans le monde, le cannabis thérapeutique est déjà utilisé dans plusieurs pays, comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Portugal, le Canada, Israël ou encore certains états aux États-Unis. Depuis le 26 mars dernier, 3 000 patients porteurs de maladies graves prennent part à l’expérimentation du cannabis médical en France. L’expérience durera deux années.

Le cannabis thérapeutique sera délivré sous la forme d’huiles ou de fleurs séchées par inhalation après vaporisation. Il n’est pas ici question de fumer le cannabis. L’usage est donc particulièrement encadré et contrôlé.

Un comité scientifique composé de 13 membres est chargé du suivi de cette expérimentation, selon l’ANSM. Ils pourront ainsi observer le déroulé des opérations et proposer des modifications des modalités si nécessaire, en fonction de la surveillance des patients.

Puisque les lois françaises interdisent la culture de plants de cannabis comportant plus de 0,2 % de THC, la France se fournira auprès de producteurs étrangers pour cette expérimentation.

Le cannabis médical est prescrit par des médecins ou pharmaciens exerçant dans des établissements de soins de référence volontaires pour participer à cette expérimentation. Ces professionnels de santé ont tous suivi une formation délivrée par l’ANSM en e-learning. Les prescriptions se font sur des ordonnances sécurisées puisqu’il s’agit de produits dits stupéfiants.

L’administration se fait soit sous forme d’huiles par voie orale, soit sous forme de sommités fleuries à vaporiser par inhalation. Les ratios THC/CBD sont différents en fonction des indications.

 

Cannabis thérapeutique : effets secondaires

Les effets secondaires du cannabis utilisé dans un cadre médical sont majoritairement liés au THC et peuvent se manifester sous la forme de :

  • somnolence ;
  • crise d’angoisse ;
  • état paranoïaque ;
  • dépendance (en cas d’usage prolongé)
  • trouble du rythme cardiaque et de la tension artérielle…

 

Tarif et remboursement

Le cannabis thérapeutique sera entièrement pris en charge pendant toute la durée de l’expérimentation. Après les deux ans de l’essai, le remboursement par l’Assurance Maladie sera à définir.

 

Bon à savoir

Il est formellement interdit de cultiver du cannabis chez soi en France, même dans un but thérapeutique.

Le diagnostic et traitement du Kyste mammaire

Qu’est-ce qu’un kyste du sein ?

Un kyste est une cavité contenant généralement du liquide ou toute substance molle. Les kystes du sein, dits kystes mammaires, sont le type le plus courant de masse bénigne chez les femmes de 35 à 50 ans. Un kyste mammaire est bénin et sa présence n’accroît pas le risque de développer un cancer du sein. La présence de plusieurs kystes à la fois nécessite cependant une surveillance accrue.
Lire la suite

Le diagnostic et traitement du Kyste mammaire
Implication des modifications épigénétiques sur le cancer du sein

Implication des modifications épigénétiques sur le cancer du sein

Épigénétique : Une lecture complémentaire de l’ADN

Le génome humain nucléaire est le même dans toutes les cellules du corps humain, il est composé de 23 paires de chromosomes.

Cependant, il existe environ 200 types de cellules différentes qui sont toutes issues d’un même zygote lors de la fécondation. Cette différenciation cellulaire s’explique par une expression différente du génome lors de l’embryogénèse en fonction des besoins de chaque type cellulaire pour créer un organisme complexe.
Lire la suite

Le traitement des cancers du sein à la pointe des progrès

Le cancer le plus fréquent chez la femme avec 55 000 nouveaux cas tous les ans en France est le cancer du sein, il a vu sa prise en charge considérablement modifiée ces dernières années en intégrant tout à la fois des techniques de pointe et des soins d’accompagnement de la patiente tout au long de sa maladie… et même après.

Interview du Dr Sebban, chirurgien gynécologue et cancérologue: Lire la suite

Le traitement des cancers du sein à la pointe des progrès
Aspects épidémiologiques du cancer du sein en France

Aspects épidémiologiques du cancer du sein en France

En France, le cancer le plus fréquent chez la femme est le cancer du sein avec plus de 50000 nouveaux cas annuels. Au cours de leur vie, 10% des femmes contracteront un cancer du sein, dont plus de 75% après 50 ans. L’incidence du cancer du sein auprès des femmes françaises a beaucoup augmenté ces dernières décennies.
Lire la suite

Protocole de diagnostic du cancer du sein

Le cancer le plus fréquent chez les femmes est celui du sein. En France, plus de 50 000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an dont 75% après 50 ans. Le cancer du sein est la principale cause de décès par cancer chez les femmes avec près de 12 000 décès par an. Lire la suite

Protocole de diagnostic du cancer du sein
Les particularités du cancer du sein chez la femme jeune

Les particularités du cancer du sein chez la femme jeune

Le cancer invasif de la femme jeune est défini comme un cancer survenant chez une femme de moins de 35 ans. Le jeune âge de survenue semble être en lui-même un facteur pronostique péjoratif, avec un risque de récidive locale accentué et une survie globale diminuée.
Lire la suite