Envisager de maintenir une sexualité pendant et après un cancer du col de l’utérus ?

Envisager de maintenir une sexualité pendant et après un cancer du col de l’utérus ?

- juin 19, 2023
4.1/5 - (13 votes)

Le cancer du col de l’utérus est une pathologie grave qui touche à l’intimité de la femme. Il est souvent difficile de concilier vie sexuelle épanouie et maladie pendant et après la prise en charge et ses traitements. Mais c’est possible et bien évidemment souhaitable, d’autant que le cancer n’est pas une maladie transmissible.

 

Quelle vie sexuelle pendant les traitements du cancer du col de l’utérus ?

 

vie sexuelle pendant les traitements cancer du col uterus 

La possibilité de maintenir ou non une vie sexuelle pendant la prise en charge thérapeutique du cancer du col de l’utérus dépend de nombreux critères, comme le type de traitement réalisé, et peut donc varier d’une patiente à l’autre.

 

De manière générale, les traitements dits systémiques comme la chimiothérapie ou les traitements hormonaux, tels que l’hormonothérapie, peuvent impacter le désir des femmes. L’impact sur la libido est d’autant plus fort que ces traitements s’accompagnent d’une anxiété face à la maladie et les effets secondaires potentiels des thérapies. Toutefois, ils n’entraînent que peu d’effets secondaires locaux. Dans ces conditions, conserver une vie sexuelle n’est pas contre-indiqué.

 

Pour que la vie intime se déroule dans les meilleures conditions, il est important toutefois de bien communiquer avec son partenaire. Certaines patientes auront besoin d’un accompagnement sur le plan psychologique à titre individuel ou en couple. Par ailleurs, votre médecin peut aider à soulager certains effets indésirables des traitements pour un meilleur confort.

 

En revanche, lorsqu’il s’agit de traitements locaux comme une intervention chirurgicale ou la radiothérapie externe, il peut exister une atteinte de la zone traitée rendant alors les relations sexuelles difficiles, voire douloureuses. Dans ces conditions, la vie sexuelle devra être mise de côté pendant la durée des traitements, après avis de votre spécialiste.

 

Chimiothérapie et vie sexuelle

secheresse vaginale effet secondaire chimiotherapie 1

Les cures de chimiothérapie peuvent entraîner des effets indésirables qui peuvent compliquer la vie intime lorsqu’ils ne sont pas traités.

 

C’est notamment le cas de la sécheresse vaginale, un des effets secondaires fréquents de ce type de traitement. Un défaut de lubrification peut en effet être source d’inconfort ou de douleurs durant les rapports sexuels. La fatigue et les troubles généraux comme les nausées ou les vomissements sont également des effets secondaires fréquents de la chimiothérapie. S’ils n’impactent pas directement au niveau local, ils peuvent fortement altérer la libido des femmes traitées.

 

Si vous ressentez ces signes cliniques, il faut en faire part à votre équipe de soins, même si ceux-ci sont considérés comme courants. Des solutions thérapeutiques existent au niveau local ou systémique pour les soulager efficacement et améliorer la qualité de vie et la sexualité des femmes atteintes par le cancer du col de l’utérus.

 

Radiothérapie du col de l’utérus et rapport sexuel

L’irradiation peut provoquer des troubles de la sensibilité de la zone traitée et compliquer la vie sexuelle. La radiothérapie externe peut provoquer les mêmes types d’effets secondaires que ceux de la chimiothérapie, à savoir, une sécheresse vaginale, une fatigue, des troubles généraux. Ils peuvent donc également être traités pour les atténuer ou les faire disparaître. Il est même parfois conseillé de conserver des rapports sexuels pendant un traitement de radiothérapie pour réduire les risques de séquelles tardives comme la sténose vaginale.

 

En revanche, lorsque la prise en charge inclut une curiethérapie (ou radiothérapie interne), il n’est pas conseillé de conserver une vie sexuelle en raison du caractère abrasif du traitement.

 

Sexualité et chirurgie du cancer de l’utérus

L’intervention chirurgicale pour traiter le cancer de l’utérus ne permet pas de maintenir une vie sexuelle tant que la cicatrisation complète n’est pas obtenue. Celle-ci peut intervenir après une période variant de 1 à 2 mois, selon le type d’opération réalisée et les techniques utilisées.

 

Dans ces conditions, il faut attendre l’avis favorable du chirurgien gynécologue avant de renouer avec sa vie sexuelle de façon à ne pas compromettre le processus de cicatrisation.

 

Quelle vie sexuelle après les traitements du cancer du col de l’utérus ?

 

retrouver une sexualite apres cancer du col uterus

Retrouver une sexualité épanouie après la fin des traitements du cancer du col de l’utérus peut être une source d’angoisse pour de nombreuses femmes.

Dans un premier temps, il est nécessaire d’attendre la cicatrisation totale de la zone opérée après une chirurgie. Si le délai habituel est de 4 à 8 semaines, il va aussi dépendre des autres traitements (exemple : ce délai peut être allongé en cas de radiothérapie externe adjuvante). En cas d’ablation de l’utérus, la libido n’est pas directement impactée, car les ovaires ne sont pas retirés et continuent de fonctionner chez les patientes non ménopausées. SI le chirurgien décide de les retirer (notamment chez les femmes ménopausées), cela n’aura pas d’impact très significatif, car la ménopause a déjà induit le ralentissement de la production hormonale. En cas d’ablation des ovaires ou de perturbations hormonales, un traitement hormonal peut être administré pour aider les femmes à retrouver leur désir sexuel.

 

Certains traitements locaux (comme la chirurgie ou la radiothérapie) peuvent entraîner la formation de tissu cicatriciel rendant sensible ou douloureuse la zone traitée. Le vagin peut se trouver modifier tant en souplesse qu’en volume. Ces effets secondaires sont généralement transitoires, mais ils doivent faire l’objet d’un suivi après-cancer et, si besoin, d’un traitement adapté.

 

La libido des femmes est souvent impactée par le retentissement psychologique que peuvent avoir la maladie et ses traitements. Les changements sur le corps et la silhouette ont un effet néfaste sur la confiance en soi, les cicatrices peuvent créer une appréhension face à la perspective d’une vie intime, sans compter le stress ou l’angoisse de récidive de la maladie. Un soutien psychologique, un accompagnement associatif ou l’aide d’un proche peut aider à surmonter ces épreuves pour se réapproprier son corps et retrouver une vie qualitative.

 

Maintenir une vie sexuelle épanouie pendant et après le traitement d’un cancer du col de l’utérus est donc tout à fait envisageable, selon les traitements administrés, la gestion des effets secondaires induits, et l’aide d’un professionnel ou de l’entourage. Pour certaines femmes ayant subi des traitements locaux agressifs, il faudra toutefois patienter quelques semaines ou quelques mois pour renouer avec sa sexualité.

 

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]