Le suivi après un cancer du col de l’utérus

Le suivi après un cancer du col de l’utérus

Après un cancer du col de l’utérus, il est indispensable de mettre en place un suivi régulier afin de s’assurer de l’absence de récidive de la maladie. Une surveillance régulière peut aussi être l’occasion pour les femmes de faire part au corps médical des difficultés rencontrées dans leur vie après-cancer, et aborder des sujets délicats comme la sexualité ou les troubles psychologiques.

Comment s’organise le suivi post-cancer du col de l’utérus ? La reprise d’une vie sexuelle épanouie après-cancer est-elle possible ? Voici quelques recommandations pour bien préparer l’après-cancer.

Lire la suite

Traitement du cancer du col de l’utérus de stade précoce

Chaque année, 2 920 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués en France. Les chances de survie s’élèvent à 90 % quand sa prise en charge survient à un stade précoce.

 

Le traitement du cancer du col de l’utérus de stade précoce

Le cancer du col utérin touche le plus souvent les femmes autour de 40 ans, avec un pic de mortalité autour de 50 ans. Pris en charge à un stade relativement précoce, les chances de survie s’élèvent à 90 %, contre 35 % pour les cancers du col de l’utérus diagnostiqués à un stade avancé.

 

Cancer du col de l’utérus : définition des stades 1 et 2

Pour stadifier le cancer du col de l’utérus, on se réfère au système de classification FIGO, dont les deux premiers stades correspondent à un avancement précoce :

  • le stade 1 désigne les tumeurs de petite taille, n’ayant pas envahi l’extérieur du col de l’utérus ;
  • le stade 2 désigne les tumeurs qui se sont étendues localement aux paramètres ou à la partie supérieure du vagin.

 

Cancer du col de l’utérus de stade précoce : les traitements

Que la tumeur soit de stade précoce ou avancé, toutes les décisions thérapeutiques doivent être prises en réunion de concertation pluri disciplinaire ou un collège de médecins spécialisés en cancérologie prendra la décision thérapeutique.

Plusieurs traitements du cancer du col de l’utérus de stade précoce sont envisageables : la chirurgie, la radiothérapie (qui peut être une radiothérapie externe et/ou une curiethérapie) et la chimiothérapie. Ces trois traitements peuvent être envisagés seuls ou proposés conjointement, selon la nature de la tumeur, sa taille, ainsi que d’autres facteurs (âge de la patiente, désir de grossesse, présence de métastase, etc.).

 

Traitements du cancer du col de l’utérus de stade 1

Une conisation permet de prélever un fragment de tissu du col. Son analyse en laboratoire d’anatomopathologie révèle de précieuses informations quant à la taille et la nature de la tumeur cancéreuse. Les résultats de cette conisation influencent directement le choix thérapeutique.

 

Si la tumeur est de petite taille, invisible à l’œil nu :

Une chirurgie par hystérectomie est en général proposée (une chirurgie robotique pourra être envisagée), avec une possible ablation des paramètres et des ganglions lymphatiques du pelvis.

Afin de préserver l’utérus et de permettre aux patientes d’envisager une grossesse ultérieure, une chirurgie conservatrice peut être conseillée dans des cas très sélectionnés.

En cas d’envahissement des ganglions pelviens, on complétera cette chirurgie par une radiochimiothérapie concomitante.

 

Si la tumeur est limitée au col de l’utérus et visible sans microscope, mais que sa taille reste inférieure à 4 cm de grand axe :

Une chirurgie par colpohystérectomie élargie est la chirurgie la plus souvent envisagée dans le cadre des traitements du cancer du col de l’utérus de stade 1. Cette intervention consiste à retirer l’utérus en totalité, le tiers supérieur du vagin, les paramètres, les ovaires et les ganglions lymphatiques pelviens.

En cas de contre-indication à la chirurgie, une radiothérapie externe et une curiethérapie peuvent être proposées. Une curiethérapie seule peut également être envisagée avant une chirurgie par colpohystérectomie élargie.

Une chimiothérapie concomitante à la radiothérapie est proposée lorsque la chirurgie n’a pas permis de retirer la totalité des cellules cancéreuses sur les ganglions ou les marges de la pièce opératoire.

 

Traitement du cancer du col de l’utérus stade 2

Lorsque la tumeur est limitée au col de l’utérus et de taille supérieure à 4 cm de grand axe, ou si elle s’est propagée au-delà du col (partie supérieure du vagin, paramètres) le traitement principal privilégié est la radiochimiothérapie. Le traitement du cancer du col utérin de stade 2 associe donc majoritairement : une radiothérapie externe, une chimiothérapie et une curiethérapie.

Avant d’entreprendre ces traitements, il faut s’assurer de l’absence d’envahissement des ganglions lymphatiques par les cellules cancéreuses. L’analyse de ces ganglions peut être réalisée par imagerie, ou bien grâce à une chirurgie par lymphadénectomie, qui vise à enlever les ganglions pelviens et/ou lombo-aortiques.

Cette analyse est nécessaire afin de définir précisément la zone à irradier (pelvis +/- région lombo-aortique).

Une radiothérapie seule peut être envisagée dans les cas où un traitement par radiochimiothérapie ne serait pas réalisable.

Une chirurgie complémentaire peut également être proposée.

 

Risque d’évolution de la maladie

La tumeur maligne du col utérin est susceptible d’envahir les tissus voisins, et se propager à d’autres organes pour former des localisations secondaires (métastases).

Le traitement du cancer du col de l’utérus précoce parvient à un meilleur pronostic que celui d’un cancer du col de l’utérus à un stade avancé.

Il est nécessaire de pouvoir diagnostiquer le cancer du col de l’utérus à son stade le plus précoce pour maximiser le taux de réussite du traitement.

Traitement du cancer du col de l’utérus de stade précoce
Les méthodes de traitement du cancer du col de l’utérus

Les méthodes de traitement du cancer du col de l’utérus

Le type de traitement du cancer du col de l’utérus est fonction de son stade et étendue au moment du diagnostic.

Les examens préliminaires permettront de préciser la taille de la tumeur, évaluer l’atteinte cervicale et extra-cervicale, en vue de planifier le traitement le plus adapté à votre cas.
Lire la suite

Le diagnostic du cancer du col de l’utérus

A quoi est dû le cancer du col de l’utérus ?

Le cancer du col de l’utérus est dû à un virus appelé HPV (Human Papilloma Virus). Il existe environ 200 variants d’HPV, seuls certains (HPV 16, 18, 31, 33, 45…) sont cancérigènes.

Toutes les femmes ayant déjà eu des rapports sexuels ont été infectées par ce virus.
Lire la suite

Le diagnostic du cancer du col de l’utérus
Quels sont les facteurs de risque de développer un cancer du col utérin?

Quels sont les facteurs de risque de développer un cancer du col utérin?

Le cancer du col de l’utérus est dans la plupart des cas consécutif à une infection liée à un virus. La maladie tumorale a ensuite une évolution lente. Les facteurs de risque de contracter ce virus sont donc aussi les facteurs de risque de développer un cancer du col utérin.
Lire la suite