Les performances de la mammographie 3D pour diagnostiquer le cancer de sein

Les performances de la mammographie 3D pour diagnostiquer le cancer de sein

- février 3, 2020

Le cancer du sein est le cancer responsable du plus grand nombre de décès chez les femmes. Si le taux de survie à 5 ans est en constante amélioration, le dépistage un cancer du sein reste au cœur des préoccupations pour assurer une prise en charge thérapeutique efficace. Plus le diagnostic est réalisé à un stade précoce, plus les chances de guérison sont élevées.

Les examens et analyses visant à améliorer la rapidité et l’efficacité de la détection des tumeurs sont en constante progression. C’est dans cette perspective que se pose la question des performances de la mammographie 3D face aux examens d’imagerie de référence.

Tomosynthèse mammaire : le principe

La mammographie 3D, aussi connue sous le nom de tomosynthèse mammaire ou mammographie tridimensionnelle, est un examen d’imagerie médicale capable de reconstituer des images du sein en coupes fines grâce à un appareil adéquat. Avec la mammographie 3D, l’appareil se déplace sur un axe tout au long de l’examen, de façon à regrouper des clichés depuis divers angles. Cette technique d’imagerie à l’avantage d’éviter les superpositions d’images qui peuvent parfois être retrouvées en mammographie 2D classique, car ces superpositions sont parfois à l’origine de faux positifs.

la mammographieEn imagerie 2D le sein est comprimé, ce qui engendre parfois la visualisation d’un aspect suspect de tissus parfaitement sains : le faux positif. Le faux positif est important avec la mammographie 2D, puisqu’on estime qu’une patiente sur deux est amenée à prendre rendez-vous pour subir des examens complémentaires plus poussés, inutilement. Outre l’angoisse que peut provoquer la multiplication de ces examens pour les femmes qui en sont victimes, le faux positif entraîne des dépenses non négligeables pour le système de santé. L’examen permet de manière générale de dépister plus de cancers du sein tout en limitant les faux positifs d’environ 15 %.

Les temps d’examens des deux techniques restent inchangés. Seul le temps d’interprétation des images est allongé, du fait de l’augmentation du nombre d’informations à traiter.

Les résultats sont plus précis, et évitent ainsi un stress inutile chez certaines patientes.

 

Dépistage du cancer du sein : des résultats accrus

Puisque la mammographie 3D permet d’obtenir des résultats d’une grande précision, le taux de détection s’en voit naturellement amélioré. C’est le cas notamment pour les tumeurs in situ et les cancers invasifs, considérés comme étant plus agressifs. Une étude comparative publiée dans The Journal of the American Medical Association parle de 41 % de cancers invasifs détectés en plus chez près d’un demi-million de patientes réparties sur treize centres hospitaliers à travers les États-Unis. Globalement, le taux de détection tout cancer du sein confondu avoisine les 30 %.

 

Performance de la mammographie 3D

Face à la mammographie 2D, la tomosynthèse mammaire à l’avantage de produire des images d’une qualité accrue, permettant une meilleure visibilité pour le médecin radiologue. Les zones floues retrouvées en 2D, qui nécessitent parfois de réaliser des examens complémentaires, deviennent plus visibles avec cette nouvelle technique en constante amélioration. Cette visibilité augmentée s’explique par une limitation de superposition tissulaire présente en imagerie 2D, de façon à mieux visualiser la structure et les contours du sein.

Par ailleurs, la mammographie 2D est moins efficace pour détecter des tumeurs chez les jeunes patientes, dont les seins sont souvent denses, et chez qui le diagnostic de cancer du sein reste encore aujourd’hui difficile.

Le détail des images obtenues grâce à la tomosynthèse mammaire offre une meilleure lisibilité des caractéristiques d’une anomalie perçue. La suite de la prise en charge par l’équipe médicale est plus rapide et précise.

La Haute Autorité de Santé (HAS) est actuellement en cours d’analyse des bénéfices et limites de la mammographie 3D dans le diagnostic du cancer mammaire avant de pouvoir généraliser le recours à cette technologie dans le programme de dépistage organisé du cancer du sein. Pour mémoire, ce programme consiste à réaliser une mammographie de dépistage +/- échographie mammaire tous les deux ans chez la femme âgée de 50 à 74 ans sans risques liés aux antécédents familiaux. Les études portent notamment sur les doses de radiation, face à la mammographie 2D habituelle.

 

—-

Avec des performances nettement augmentées pour détecter d’éventuelles anomalies, la mammographie 3D présente de sérieux avantages face aux examens d’imagerie médicale 2D dans le dépistage des cancers du sein.

Sa capacité de visualisation précise des caractéristiques d’une tumeur maligne permet de déceler les formes de cancers les plus agressives pour une prise en charge thérapeutique mieux ciblée. Un bénéfice considérable pour un diagnostic plus précoce et une réduction de la mortalité.

 

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]