Le cancer du sein de stade 2 : l’arsenal thérapeutique

Le cancer du sein de stade 2 : l’arsenal thérapeutique

- mars 17, 2022
4.7/5 - (6 votes)

On parle de cancer du sein de stade 2 pour déterminer un cancer de stade précoce (pour le stade 2A) ou localement avancé (stade 2B).

Les options de traitement possibles comprennent la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l’hormonothérapie ou encore les thérapies ciblées. La prise en charge d’un cancer du sein de stade 2 dépend des caractéristiques de la tumeur et de l’état de santé général de chaque patiente.

Lire aussi notre article sur le cancer du sein de stade 1

 

Le cancer du sein de stade II, qu’est-ce que c’est ?

La stadification du cancer du sein est un outil permettant de déterminer où en est la maladie dans son évolution.

Associée au grade, qui vise à évaluer l’agressivité de la maladie, et à l’étude des récepteurs des cellules tumorales, l’analyse du stade d’évolution du cancer permet de cerner la tumeur avec précision pour établir un pronostic et un plan de traitement adaptés à son profil.

Cette catégorisation précise de la maladie est d’autant plus importante que le cancer du sein est désormais considéré comme une maladie aux multiples visages, chaque patiente présentant une forme presque unique de la pathologie.

L’analyse du stade d’évolution du cancer repose le plus souvent sur la classification TNM, bien que d’autres méthodes puissent être employées.

Le sigle anglais TNM renvoie aux catégories « Tumor » (Tumeur), « Nodes » (Ganglions Lymphatiques) et  « Metastasis » (Métastases).

Le « T » vise donc à décrire la tumeur (taille et degré d’envahissement), le « N » permet d’évaluer l’étendue de la propagation des cellules cancéreuses aux ganglions et le « M » indique la présence ou l’absence de métastases.

Chacune de ces catégories se voit attribuer une note. Le cumul de ces notes donne un score qui permet d’attribuer un stade au cancer.

Le cancer du sein de stade 0

Un cancer du sein de stade 0 en est aux prémices de son évolution. La tumeur est in situ, soit localisée dans son site primitif, et ne s’est pas infiltrée dans les tissus avoisinants ni n’a atteint les ganglions.

Le stade 0 correspond au score Tis (« is » pour in situ), N0 et M0.

Le cancer du sein de stade I

Le cancer du sein de stade I en est, lui aussi, encore au début de son développement. La tumeur mesure alors moins de 2 cm et, comme dans le stade 0, les cellules cancéreuses ne sont pas répandues hors de leur site primitif.

Le stade I correspond au score T1, N0 et M0.

Le cancer du sein de stade II

En fonction de la taille de la tumeur cancéreuse et des atteintes ganglionnaires, on distingue deux types de cancers du sein de stade II : le IIA et le IIB.

Le cancer du sein de stade IIA concerne les tumeurs cancéreuses mesurant moins de 5 cm, qui ont envahi les ganglions sentinelles mammaires internes ou 1 à 3 ganglions axillaires externes.

Le cancer du sein de stade IIB concerne les tumeurs cancéreuses mesurant plus de 2 cm, mais qui n’ont pas envahi les ganglions lymphatiques ni ne se sont métastasées.

Le score du stade IIA correspond à T0, 1 ou 2, N1 et M0, et le score du stade IIB est T2 ou 3, N0 et M0.

Le cancer du sein de stade III

Comme pour le cancer du sein de stade II, il existe plusieurs types de cancers de stade III qui se distinguent par la taille de la tumeur cancéreuse et son infiltration : IIIA, IIIB et IIIC.

Un cancer du sein de stade IIIA présente une tumeur de n’importe quelle taille qui a envahi au moins 4 ganglions axillaires, ou bien des ganglions non axillaires, ou s’est infiltrée profondément dans les tissus hors de son site primitif.  Son score est de T1, 2, 3 ou 4, N2 ou 3, M0.

Un cancer du sein de stade IIIB correspond à une tumeur inflammatoire ou une tumeur qui a colonisé les organes voisins. Son score est de T4, N1, 2 ou 3, M0.

Un cancer du sein de stade IIIC est une tumeur de plus de 5 cm qui a envahi 1 à 3 ganglions axillaires ou s’est propagée aux ganglions sentinelles. Son score est de T3 ou 4, N1, M0.

Le cancer du sein de stade IV

Le cancer du sein de stade IV en est au dernier stade de son évolution. La tumeur s’est métastasée, et les cellules cancéreuses ont envahi d’autres organes.

Les métastases circulant dans le sang et/ou la lymphe, elles peuvent voyager dans tout le corps, et les organes envahis ne sont pas nécessairement voisins de la tumeur.

Le score du cancer du sein de stade IV peut être composé de tous les T (de 1 à 4), de tous les N (1 à 3), et d’un M1.

 

La chirurgie pour cancer du sein de stade 2

La chirurgie est une des options de référence pour traiter un cancer du sein de stade 2.

 

Tumorectomie ou mastectomie partielle

Lorsque cela est possible, le geste chirurgical est conservateur et consiste à retirer uniquement la partie du sein atteinte par la pathologie avec une marge de tissu sain tout autour. On parle de tumorectomie ou de mastectomie partielle. Le chirurgien veille à conserver assez de tissu pour que le sein garde un volume le plus naturel possible après l’opération.

 

Mastectomie totale

La mastectomie totale, quant à elle, est l’option retenue lorsqu’il s’agit de retirer plusieurs zones du sein touchées par le cancer, ou si l’on constate la présence de cellules tumorales dans la marge de chirurgie retirée durant la tumorectomie.

Elle est aussi préconisée en présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques pour les tumeurs du sein de stade 2A, alors que l’on ne détecte pas de tumeur dans le sein.

 

Technique du ganglion sentinelle

L’ablation du ganglion sentinelle (GS) peut s’avérer utile si l’équipe médicale pense que le cancer n’a pas envahi les ganglions lymphatiques. Si l’analyse du GS montre des signes de présence d’envahissement tumoral, le médecin réalise un curage ganglionnaire afin de retirer tous les ganglions atteints.

 

Curage ganglionnaire

Il permet de poser un diagnostic de cancer du sein et de déterminer le stade de la maladie.

 

 

La radiothérapie externe du cancer du sein de stade 2

La radiothérapie externe est une des options de référence dans le traitement des cancers du sein de stade 2. Elle est habituellement réalisée après une chirurgie mammaire conservatrice. On irradie tout le sein, les ganglions lymphatiques situés à l’aisselle et ceux situés près de la clavicule.

Radiothérapie cancer du sein

Il est aussi possible de proposer une radiothérapie externe après une mastectomie totale en cas d’envahissement des ganglions lymphatiques.

 

La chimiothérapie du cancer du sein de stade 2

L’administration de chimiothérapie est une des options de traitement du cancer de stade 2. Elle est souvent proposée après la chirurgie mammaire. Mais elle peut aussi se dérouler avant le geste chirurgical : on parle alors de traitement adjuvant. C’est notamment le cas en présence d’une tumeur supérieure à 5 cm, ou si la maladie a envahi les ganglions lymphatiques situés à l’aisselle et autour du sternum.

Plusieurs associations de médicaments chimiothérapeutiques sont possibles. Les plus fréquemment prescrites sont :

  • T-AC : paclitaxel ou docétaxel, puis doxorubicine + cyclophosphamide
  • TC : paclitaxel + cyclophosphamide
  • AC-T : doxorubicine (Adriamycin) + cyclophosphamide (Procytox), puis paclitaxel (Taxol) ou docétaxel (Taxotere)
  • CAF (ou FAC) : cyclophosphamide + doxorubicine + 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) ;
  • CAF puis docétaxel ou paclitaxel
  • CEF (ou FEC) : cyclophosphamide + épirubicine (Pharmorubicin) + 5-fluorouracil ;
  • CEF puis docétaxel ou paclitaxel
  • EC : épirubicine + cyclophosphamide

 

L’hormonothérapie du cancer du sein de stade 2

L’équipe médicale propose généralement un traitement d’hormonothérapie aux patientes touchées par un cancer du sein de stade 2 avec récepteurs hormonaux positifs (RH+). Ce traitement peut être suivi jusqu’à une durée totale de 10 ans.

Chez les femmes non ménopausées, on propose souvent du tamoxifène (Tamofen, Nolvadex). Ces médicaments peuvent aussi être prescrits chez la femme ménopausée.

Les inhibiteurs de l’aromatase sont quant à eux réservés aux femmes ménopausées. Il peut faire suite à un traitement de tamoxifène, ou le remplacer si elles ne peuvent ou ne veulent pas prendre ce dernier.

Les inhibiteurs de l’aromatase les plus fréquemment prescrits sont :

  • le létrozole (Femara)
  • l’anastrozole (Arimidex)
  • l’exémestane (Aromasin)

 

Hormonothérapie pour les femmes non ménopausées

Plusieurs options de traitement d’hormonothérapie sont envisagés pour les femmes non ménopausées qui sont touchées par un cancer du sein de stade 2. La prise de tamoxifène peut durer 5 ans, puis votre équipe médicale contrôle votre statut ménopausique.

Si vous êtes en préménopause, le tamoxifène peut être poursuivi pendant encore 5 ans pour une durée totale de 10 ans.

SI vous êtes ménopausée, vous pouvez continuer à prendre du tamoxifène pendant 5 ans, ou switcher pour un inhibiteur de l’aromatase pendant 5 ans maximum (pour une hormonothérapie d’une durée totale maximale de 10 ans).

Chez certaines femmes préménopausées plus âgées, on peut aussi proposer la suppression ovarienne, ou inhibition de l’activité ovarienne, et la prise de tamoxifène ou d’un inhibiteur de l’aromatase pendant 10 ans maximum.

 

Hormonothérapie pour les femmes ménopausées

Les femmes ménopausées touchées par un cancer du sein de stade 2 peuvent prendre du tamoxifène (anti-œstrogénique) et des inhibiteurs de l’aromatase.

Plusieurs options de traitement sont alors possibles :

  • prise de tamoxifène seul (Nolvadex, Tamofen) pendant 10 ans max. ;
  • prise d’un inhibiteur de l’aromatase seul pendant 10 ans max. ;
  • prise de tamoxifène pendant 5 ans, puis d’un inhibiteur de l’aromatase pendant 5 ans (durée totale d’hormonothérapie : 10 ans) ;
  • prise de tamoxifène pendant 2 à 3 ans puis d’un inhibiteur de l’aromatase pendant 2 à 3 ans (durée totale 5 ans) ou l’inverse.

 

Thérapie ciblée du cancer du sein de stade 2

Face à un cancer du sein de stade 2 Her2+, comportant un risque de rechute élevé, l’équipe médicale peut proposer de l’Herceptin (trastuzumab), une thérapie ciblée. La durée de prise est de maximum un an. Ce traitement ciblé se déroule après la fin de la chimiothérapie.

Votre médecin peut également proposer la prise de Perjeta (pertuzumab) si la tumeur mammaire de stade 2 est Her2+, si les récepteurs hormonaux sont négatifs (RH- ) ou avant une chirurgie pour les cancers du sein Her2+ stade 2.

D’autres thérapies ciblées peuvent être proposées, en fonction de chaque patiente et de chaque type de tumeur, comme le Phesgo (pertuzumab + trastuzumab), le Kadcyla ou T-DM1 (trastuzumab emtansine).

 

Essais cliniques

Divers essais cliniques sur le cancer du sein sont en cours en France. Ils permettent de trouver de nouvelles méthodes de prévention, de dépistage, et de traitement du cancer du sein. Votre médecin peut vous proposer de participer à l’un d’entre eux si les modalités correspondent à votre situation.

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]