Le Fibrome Utérin

Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Le fibrome utérin est la pathologie féminine la plus fréquente en France, il s’agit d’une tumeur bénigne développée aux dépens des cellules musculaires de l’utérus.

 

Comment diagnostique-t-on un fibrome utérin ?

Le fibrome utérin, bien que bénin, peut-être à l’origine d’une symptomatologie pelvienne : soit par compression des organes de voisinage et entraîner une sensation de pesanteur pelvienne, des difficultés pour uriner (c’est ce que l’on appelle une « dysurie ») ou une constipation.

Soit lorsque la tumeur saigne, à l’origine alors de « ménorragies » (saignements abondants durant les règles) ou de « métrorragies » (saignements abondants en dehors des périodes), pouvant dans certains cas au maximum, provoquer une « anémie » (carence en globules rouges) à l’origine d’une fatigue ou d’un essoufflement.

Le plus souvent, le médecin demande de faire réaliser une échographie pelvienne, et/ou une IRM pour cartographier les myomes en vue de les traiter.

 

Quelles sont les options de traitement du fibrome utérin ?

Il existe plusieurs alternatives pour traiter le ou les fibromes utérins lorsque ceux-ci sont à l’origine des symptômes gênants.

La prise en charge dépend du nombre de fibromes, de la volonté de la patiente, et de son statut ménopausée ou non ménopausée :

 

1) La chirurgie :

Il peut s’agir alors d’une myomectomie, on retire uniquement le fibrome qui apparaît symptomatique, ou d’une hystérectomie totale ou subtotale, on enlève la totalité ou une grande partie de l’utérus.

Le geste peut être réalisé soit par voie vaginale, soit par voie coelioscopique, soit par voie laparotomique.

 

2) La radiologie interventionnelle :

Une embolisation des artères utérines ou un traitement par ultrasons focalisés peut être proposé par le médecin radiologue.

 

3) Les traitements médicaux :

Aucun traitement médical n’est à ce jour validé pour faire disparaître les myomes utérins. Parfois, cependant, un traitement progestatif, des anti-fibrinolytiques, ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens, peuvent être donnés à la patiente en vue de réduire les saignements liés au fibrome.

Publications récentes du Dr Sebban