Cancer du sein controlatéral : symptômes, diagnostic et traitements

Cancer du sein controlatéral : symptômes, diagnostic et traitements

- octobre 5, 2023
4/5 - (2 votes)

Le cancer du sein controlatéral est une pathologie peu courante, mais qui ne doit pas être occultée. Il se développe dans le sein opposé à celui qui a été touché par un premier cancer du sein, mais il s’agit bien d’un cancer primitif et non d’une métastase du premier cancer. Certaines femmes sont plus à risque de voir apparaître un cancer du sein controlatéral. Pour ces patientes, un suivi personnalisé est indispensable pour repérer au plus tôt les premiers signes de nouvelle tumeur mammaire.

 

Cancer du sein controlatéral : Définition et facteurs de risque ?

Il s’agit d’un nouveau cancer du sein qui se développe du côté opposé au sein qui a précédemment été touché et traité. La maladie est primaire et n’est pas liée à une récidive ou à une métastase du cancer du sein initial.

Le cancer du sein controlatéral peut se développer des années après le premier diagnostic. Chez certaines femmes, il se manifeste en même temps que le premier cancer du sein : on parle de cancer du sein bilatéral synchronique.  Le cancer du sein controlatéral est une pathologie peu fréquente. Néanmoins, le risque existe. Certains facteurs sont susceptibles d’augmenter le risque de survenue.

Puisqu’il s’agit d’un cancer du sein controlatéral, cela implique l’existence d’un premier cancer du sein. Les patientes ayant été touchées par un cancer du sein sont donc les principales concernées par cette maladie.

L’âge au moment du diagnostic du cancer du sein peut aussi avoir une incidence sur la survenue de cette maladie. Le diagnostic réalisé à un âge jeune peut augmenter le risque. Les patientes présentant une mutation génétique BRCA1 ou BRCA2 sont plus à même d’être touchées par un cancer du sein controlatéral.

D’autres facteurs de risque peuvent influencer son apparition, comme le type et le grade du premier cancer mammaire, le statut hormonal de cette tumeur primitive, les antécédents familiaux, les traitements reçus pour le premier cancer, le mode de vie (obésité, sédentarité, tabac, alcool…).

 

Cancer du sein controlatéral : comment reconnaître les signes ?

cancer du sein depistage

Les symptômes évocateurs d’un cancer du sein controlatéral sont semblables aux signes du cancer du sein primaire, à savoir :

  • la palpation d’une masse suspecte dans la glande mammaire ou sous l’aisselle ;
  • une modification de la taille ou de la forme du sein ;
  • un écoulement du mamelon, parfois sanguinolent ;
  • un mamelon ou une peau rétractés ;
  • une inflammation ou une rougeur cutanée ;
  • un sein plus sensible ou douloureux.

 

Ces signes cliniques ne sont pas spécifiques à la maladie et peuvent très bien témoigner d’une autre affection mammaire bénigne comme un kyste ou un fibrome. Mais devant la persistance de ces symptômes, il est recommandé de consulter un médecin.

 

Cancer du sein controlatéral : quels sont les examens à réaliser pour confirmer la maladie ?

Plusieurs examens permettent de diagnostiquer un cancer du sein controlatéral et d’analyser la nature et l’étendue de la maladie.

 

Mammographie

Cette radiographie des seins permet de repérer une anomalie mammaire. Elle est recommandé tous les 2 ans chez les femmes âgées de 50 à 74 ans dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein.

 

Échographie mammaire

Cet examen utilise des ultrasons pour visualiser les structures internes du sein. L’échographie mammaire complète généralement la mammographie, notamment en cas de doute ou chez les femmes qui présentent des seins denses.

 

IRM mammaire

Basé sur l’utilisation de champ magnétique, cet examen permet d’obtenir des clichés détaillés des glandes mammaires pour préciser la localisation exacte de la tumeur, son volume ou son extension aux ganglions lymphatiques ou structures voisines.

 

Biopsie mammaire

Ce prélèvement d’échantillon de tissu mammaire est l’examen clé du diagnostic de cancer du sein controlatéral. L’analyse en laboratoire d’anatomopathologie révèle les caractéristiques de la tumeur, comme le type du cancer du sein et son grade , son statut hormonal ou le statut de Her2.

 

Le diagnostic précoce du cancer du sein controlatéral est crucial pour augmenter les chances de guérison. Le dépistage du cancer du sein est donc très important, surtout chez les femmes qui ont déjà été touchées par un premier cancer du sein. Mais ces patientes sont généralement suivies plus régulièrement.

 

Traitement cancer du sein controlatéral : Quelles sont options thérapeutiques disponibles ?

La prise en charge thérapeutique du cancer du sein controlatéral dépend des caractéristiques de cette nouvelle tumeur, de l’état de santé général de la patiente et de ses préférences. Les options thérapeutiques principales reposent sur :

 

La chirurgie

mastectomie sein

 

Elle permet de retirer la tumeur et une marge de tissu sain autour (tumorectomie) ou le sein en totalité (mastectomie totale ou radicale). Une reconstruction mammaire immédiate ou différée peut être programmée, selon le souhait de la patiente. Un curage ganglionnaire ou une technique du ganglion sentinelle peuvent compléter le geste opératoire.

 

La mastectomie prophylactique

Certaines patientes peuvent opter pour l’ablation préventive du sein controlatéral  pour réduire le risque de développer un cancer du sein controlatéral. Cette option n’est pas recommandée pour toutes les femmes, car elle n’élimine pas totalement le risque et peut avoir un impact non négligeable sur la qualité de vie. Il s’agit généralement d’un traitement proposé aux personnes les plus à risque, comme les patientes porteuses d’une mutation BRCA1 ou BRCA2 à haut risque génétique ou familial.

 

La radiothérapie

Qui peut supprimer les cellules cancéreuses restantes après une intervention chirurgicale, ou réduire la taille de la tumeur avant l’opération.

 

La chimiothérapie

La chimiothérapie du cancer du sein peut être administrée avant la chirurgie (néoadjuvante) ou après la chirurgie (adjuvante). Elle est souvent associée à la radiothérapie.

 

L’hormonothérapie

En présence d’un cancer hormono-dépendant, l’hormonothérapie bloque l’action des œstrogènes et progestérone pour empêcher la croissance des cellules cancéreuses. Elle peut être administrée sous forme de comprimés (tamoxifène, anti-aromatase) ou d’injections (analogues de la LHRH).

 

L’immunothérapie

Le traitement par immunothérapie peut être envisagé chez certaines patientes atteintes d’une tumeur Her2+ sous forme d’anticorps monoclonaux (trastuzumab, pertuzumab) ou d’inhibiteurs de tyrosine kinase (lapatinib).

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]