Evaluer les chances de guérison du cancer du sein

Evaluer les chances de guérison du cancer du sein

- novembre 7, 2019

Le pronostic du cancer du sein désigne l’évaluation réalisée par un ou plusieurs médecins du comportement d’une tumeur cancéreuse et de sa capacité à réagir aux traitements.

Plusieurs facteurs aident à déterminer les chances de survie du cancer du sein : son stade, ses caractéristiques, le type de prise en charge thérapeutique, les antécédents médicaux personnels et familiaux, ainsi que sa manière de réagir au traitement. On parle de facteurs pronostiques. Les facteurs prédictifs, quant à eux, expriment une estimation de la capacité de réponse à des traitements. Les deux catégories de facteurs influencent ensemble la décision du plan thérapeutique pour traiter le cancer du sein.

Les différents facteurs pronostiques et prédictifs utilisés pour estimer les chances de survie du cancer du sein sont différents, en fonction du type de cancer. Les statistiques de guérison du cancer du sein varient donc en présence d’un premier cancer de diagnostic récent, ou d’une récidive.

 

Pronostic du cancer du sein : tumeur initiale

À l’apparition d’une première tumeur, les statistiques de guérison du cancer du sein dépendent de plusieurs facteurs pronostiques et prédictifs. Ainsi, les éléments suivants influent le pronostic et le taux de survie des patientes atteintes :

 

Le stade de la tumeur

Le facteur déterminant principal du cancer du sein est son stade. Il y a moins de risques qu’un cancer du sein récidive s’il est diagnostiqué à un stade précoce. En revanche, son pronostic est moins favorable lorsqu’il est établi à un stade plus avancé.

 

La taille de la tumeur

L’autre facteur pronostique prédominant du cancer du sein est la taille de la tumeur. Outre son extension aux ganglions lymphatiques, une tumeur de taille supérieure à 4 cm a plus de chances de récidiver qu’une petite tumeur. Une tumeur de 1 cm, qui n’envahit pas les ganglions lymphatiques, sera de bien meilleur pronostic.

 

Le grade du cancer

Le grade de la tumeur maligne est aussi pris en compte pour établir le pronostic. Ce dernier est plus favorable en présence d’une tumeur de bas grade, qui signifie que la tumeur est d’évolution plus lente, moins propice à une extension.

 

L’extension ganglionnaire des cellules cancéreuses

Lorsque le cancer du sein s’est propagé aux ganglions lymphatiques au moment du diagnostic, le pronostic est moins favorable et le risque de réapparition du cancer est plus élevé qu’un cancer du sein qui ne s’est pas propagé. Le nombre de ganglions envahis est aussi déterminant : plus il y en a, plus le risque de récidive augmente.

 

Le statut des récepteurs hormonaux et de Her2

Lors de l’analyse des tissus prélevés auprès du laboratoire d’anatomopathologie, le médecin spécialiste étudie le statut des récepteurs hormonaux et de Her2.

Quand les récepteurs hormonaux sont positifs, cela signifie que la tumeur est généralement moins agressive, de faible grade, et comporte un risque moins élevé de propagation. Une hormonothérapie peut être envisagée dans le cadre de la prise en charge thérapeutique du cancer du sein.

Si le cancer est Her2 positif, cela implique qu’une protéine présente sur les cellules tumorales prolifère de façon anormale. On est donc souvent en présence d’un cancer plus agressif, avec un risque plus élevé de propagation. Le taux de récidive après le traitement est aussi plus important et le pronostic est moins favorable.

 

L’âge de la patiente au moment du diagnostic

On constate que le pronostic du cancer du sein est souvent plus sombre chez les jeunes patientes (avant 35 ans), car les tumeurs sont généralement agressives et sont découvertes à un stade plus avancé que chez les patientes ménopausées.

 

Chances de survie du cancer du sein métastatique

En présence de récidive ou localisations secondaires (métastases), les statistiques de guérison du cancer du sein peuvent être influencées par d’autres facteurs :

 

Le temps écoulé avant la réapparition du cancer

Le pronostic est meilleur si le laps de temps avant la récidive du cancer du sein est long. Les chances de survie pour le cancer du sein sont plus favorables lorsque la récidive survient plus de 5 ans après le diagnostic initial.

 

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]