Octobre Rose : Les facteurs de prédisposition au cancer du sein

Octobre Rose : Les facteurs de prédisposition au cancer du sein

- septembre 1, 2021

La mutation des cellules dĂ©clenchant le cancer du sein provient de diverses origines, ce qui doit inciter certaines femmes Ă  ĂŞtre plus vigilantes que d’autres (sachez que le cancer du sein peut aussi apparaĂ®tre chez l’homme toutefois ceux ci sont bien moins concernĂ©s, car ils ne reprĂ©sentent qu’un pour cent des patients atteints.

L’opération Octobre Rose reconduite chaque année informe sur les prédispositions à ce type de cancer. Elle encourage les dépistages qui permettent de soigner la maladie dès son origine et ainsi optimiser le taux de guérison. Rappelons que les probabilités de soigner le cancer du sein ne cessent d’augmenter.

 

Octobre rose : le dépistage pour toutes après 50 ans

DĂ©marrons par cette vidĂ©o d’une minute prĂ©sentant toutes les infos Ă  retenir sur le cancer du sein:

 

Les femmes les plus touchées par le cancer du sein sont âgées de 50 à 69 ans et vivent majoritairement dans les pays occidentaux les plus riches : Canada, États-Unis et certains pays européens. Les femmes sont les plus concernées à cause des hormones femelles — œstrogène et progestérone — qui affectent leurs cellules mammaires.

Les facteurs du cancer du sein ci-après listés doivent inciter les femmes concernées à pratiquer un dépistage régulier. Cependant, ce cancer peut également toucher des personnes qui n’entrent dans aucune de ces catégories, raison pour laquelle toutes les femmes au-delà de 50 ans sont invitées à se faire tester. Après 75 ans, les risques de contracter un cancer du sein s’amoindrissent.

Les femmes ayant déjà été atteintes par un cancer du sein (et en ayant guéri) sont plus susceptibles que les autres d’en développer un nouveau, dans le même sein ou dans l’autre.

 

Octobre Rose: Les facteurs de risque du cancer du sein

1.    Les seins denses

La densité du sein est un caractère héréditaire qui apparaît lors de la mammographie et qui augmente les risques de déclencher un cancer du sein. Les seins denses contiennent davantage de tissu conjonctif, glandes et canaux galactophores que de tissu graisseux.

2.    Les menstruations précoces et la ménopause tardive

L’exposition à l’œstrogène affecte le développement des cellules mammaires. Par conséquent, les femmes ayant été menstruées plus jeunes que la moyenne (avant 11 ans) et ménopausées à un âge supérieur à 55 ans sont plus exposées à cette hormone et au risque de cancer du sein.

3.    Femmes sans enfant ou à grossesse tardive

La grossesse annule les menstruations et réduit l’exposition des cellules mammaires à l’œstrogène. Les femmes sans enfant risquent donc davantage d’être touchées par le cancer du sein, alors que les femmes ayant plusieurs enfants le sont moins.

L’âge des grossesses est également déterminant, avec un risque amoindri avant 20 ans et augmenté après 30 ans.

4.    La contraception

La pilule se basant sur la prise d’œstrogène, elle augmente le risque de cancer du sein.

5.    L’hygiène de vie

L’obésité, l’excès d’alcool, la cigarette et l’inactivité physique sont des facteurs aggravants. Il semble que la prise importante de poids à la ménopause ait un lien avec les risques de cancer du sein.

 

Octobre Rose: les autres facteurs de risque du cancer du sein

Les chercheurs travaillent sur d’autres facteurs qui semblent liés au cancer du sein.

  • Le poids Ă  la naissance : les nourrissons plus gros que la moyenne ont Ă©tĂ© davantage exposĂ©s Ă  l’œstrogène durant la grossesse.
  • Les femmes de grande taille sont davantage touchĂ©es par la maladie.
  • Le travail de nuit, liĂ© Ă  l’exposition Ă  la lumière artificielle, gĂ©nère un taux de mĂ©latonine moindre. Cette hormone rĂ©duisant la quantitĂ© d’œstrogène prĂ©sente dans le corps, son absence s’avère dĂ©lĂ©tère.

Ces mêmes études prouvent que, contrairement aux idées reçues, les implants mammaires, le port d’un soutien-gorge, l’utilisation de déodorant et l’avortement ne font pas partie des facteurs de risque du cancer du sein.

 

Les antécédents familiaux et risques génétiques liés aux gènes BRCA1 et BRCA2

Les risques de cancer du sein sont multipliés chez les patientes dont les parentes directes — mère, sœur ou fille — ont développé un cancer du sein ou un cancer des ovaires. Le risque est un peu moins élevé lorsqu’il s’agit de parentes au second degré. Toutefois, seuls 5 à 10 % des cancers du sein sont considérés comme héréditaires.

 

La mutation des gènes BRCA1 et BRCA2

Les gènes BRCA1 et BRCA2 sont naturellement présents dans le corps. Lorsqu’ils mutent, ils deviennent inaptes à contrôler la croissance des cellules cancéreuses. Ces mutations n’affectent que 2 ‰ des femmes. Toutefois, le risque héréditaire de cette mutation génétique et de 50 % et les femmes concernées contractent souvent un cancer à un âge relativement jeune.

La mutation des gènes BRCA1 et BRCA2 augmente également le risque de cancer des ovaires.

Les femmes d’origine juive ashkénaze plus touchées

Les femmes d’origine juive ashkénaze risquent beaucoup plus que les autres de voir leurs gènes BRCA1 et BRCA2 muter. Elles sont 1 sur 40, tandis que la moyenne dans le reste de la population est de 1 sur 500.

Les autres mutations génétiques

Les autres gènes susceptibles de muter et de favoriser le cancer du sein sont :

  • CHEK2 ;
  • PALB2 ;
  • TP53 ;
  • ATM ;
  • PTEN ;
  • STK11, Ă©galement appelĂ© LKB1.

 

L’opération Octobre Rose rappelle qu’il est essentiel pour toutes les femmes de participer au dépistage du cancer du sein, qu’elles appartiennent ou non à la population à risque.

 

Infographie Octobre Rose: les facteurs de prédisposition du cancer du sein

facteurs de prédisposition au cancer du sein

 

Octobre Rose – Questions les plus frĂ©quentes

❓ Quelle est la signification d’Octobre Rose ?

Le mois d’Octobre est le mois de sensibilisation au cancer du sein en France. Pendant cette période de nombreuses personnes portent des rubans roses pour rendre hommage aux survivants, se souvenir de ceux qui ont été emportés par la maladie et soutenir les progrès pour vaincre le cancer du sein.

🌸 Pourquoi le rose est-il porté en octobre ?

Pendant le mois de sensibilisation au cancer du sein, en octobre, les gens portent des rubans roses pour rendre hommage aux survivants, se souvenir de ceux qui ont été emportés par la maladie et soutenir les progrès de la recherche pour vaincre le cancer du sein.

🤝 Comment prendre part à Octobre rose ?

La lutte contre le cancer du sein concerne toutes les classes de la population. Encourager son entourage à prendre RDV pour une mammographie de dépistage, sensibiliser à l'autopalpation, partager des vidéos de sensibilisation sont autant de moyens d’aider vos proches à prendre conscience de l’importance du dépistage du cancer du sein.

🎀 Comment peut-on soutenir Octobre rose ?

Vous pouvez organiser un événement, participer à une collecte de fonds, organiser un atelier sur votre lieu de travail ou inclure un organisme de lutte contre le cancer du sein dans votre succession par le biais d'un don planifié. Faire un don à un organisme de soutien est une belle façon de commémorer le souvenir d’une personne dont la vie a été affectée par le cancer.

⚠️ Qu’est ce que le “pinkwashing” ?

Le terme pinkwashing fait référence à l'affirmation par une entreprise qu'elle soutient les programmes de lutte contre le cancer du sein alors que les contributions de l'entreprise à une organisation caritative de lutte contre le cancer du sein ne sont pas directement liées aux achats effectués par les consommateurs.

🛒 Quelles sont les initiatives notables d’entreprise pour Octobre Rose ?

Plusieurs marques françaises mettent en place des initiatives en l'honneur d'Octobre rose. Etam par exemple en collaboration avec l'association Ruban Rose soutient l'association « Réseau des kinés » et collabore avec « Même Cosmetics » la première marque à lancer des produits dermo-cosmétiques dédiés aux femmes touchées par le cancer du sein.

🦠 Octobre Rose en période de pandémie du Coronavirus

Il faut savoir que les personnes atteintes d'un cancer sont quatre à cinq fois plus susceptibles de tomber gravement malades à cause du coronavirus, selon l'Institut national du cancer. Leur système immunitaire est compromis par certains traitements, comme la chimiothérapie, ce qui les rend plus vulnérables, il faut donc continuer à se faire dépister comme si il n’y avait pas de pandémie

Publié par Dr. Eric Sebban
Le Docteur Eric Sebban est chirurgien gynécologue et cancérologue, spécialisé en chirurgie gynécologique, mammaire et cancérologique. [mt-bootstrap-button btn_text="Prendre rendez-vous en ligne avec le Docteur Eric Sebban" btn_url="https://goo.gl/pbV14U" btn_size="btn btn-medium" align="text-left" color="#3498db" border_color="#555555" animation="bounce"]